Psychédélac, 2008

Eau, moteur, peinture glycéro
Dimension variables

Psychédélac est une peinture en partie déterminée par le lieu dans lequel elle s’inscrit. Il s’agit pour ce travail d’associer la notion de peinture couplée à celles d’espace et du temps. Elle évolue provoquant sa propre détérioration. L’installation consiste d’abord à inonder l’espace d’intervention. Les couleurs sont disposées à la surface de l’eau. Les primaires et le blanc. Elles sont maintenues les unes séparées des autres. Une fois libérées de leur entrave, elles suivent le courant produit par une pompe immergée, générant des méandres et s’entrelaçant. Des formes aléatoires émergent, produisant des mélanges, qui provoquent l’apparition de nouvelles couleurs et ainsi de suite… La peinture se transforme perpétuellement, elle disparaît en se réalisant. Finalement, il ne demeure plus qu’une flaque monochrome, colorée d’une teinte dominante, terne trace d’un théâtre où quelque chose s’est produit. Il faut plusieurs heures voir plusieurs jours pour que le principe arrive à terme…

Menu