Pour une étincelle d’éternité dans un bûcher de durée, 2011

Arbres calcinés, liteaux, serre-joints.
Dimensions variables

Cette installation se compose d’arbres prélevés dans une forêt ravagée par un incendie. Ces éléments ont été replacés dans le parc et sont maintenus à l’aide de liteaux et de serre joints. Elle constitue une tentative absurde de prolonger l’existence de ces formes en affirmant l’impact esthétique de leur nouvelle condition. Leurs supports, constitués de bois dans sa version industrialisée, renvoie à l’idée de chantier de construction. Ces éléments de maintien se substituent aux racines et impliquent une tentative désespérée et précaire de maintenir debout, malgré tout, ce qui est déjà mort. Cette «forêt» reconstituée s’apparente à une espèce particulière d’un arboretum étrange. Evoquant littéralement la «nature morte», ces formes induisent le caractère éphèmère du vivant. Elles mettent en perspective le foisonnement printanier de la végétation du parc avec l’élégance de ces éléments fruit de la destruction.

Menu